Accueil » International » deux ans de prison pour l’auteur, dont un ferme
deux ans de prison pour l’auteur, dont un ferme

deux ans de prison pour l’auteur, dont un ferme

Pierre T., chômeur de 31 ans venu de Mantes-la-Ville (Yvelines), était jugé, lundi 16 décembre à Paris, pour « dégradation d’un bien destiné à l’utilité ou la décoration publique ». En l’occurrence, la stèle du maréchal Juin, qui avait fait les frais d’une journée de violences dans la capitale le 16 novembre, à l’occasion du premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes ». Les images de ce manifestant s’acharnant avec une barre métallique sur une plaque de marbre du monument avaient été largement diffusées.

« C’est arrivé à un moment de la journée où j’ai vu rouge, explique le jeune homme à la barre, mains dans le dos. Je me suis défoulé sur la première chose que j’ai vue, sans penser que c’était la stèle du maréchal Juin.

– Pourtant ça se voit, monsieur, répond la présidente du tribunal.

– Bah madame, quand vous avez passé trois heures avec du gaz lacrymogène dans les yeux… J’ai déconné grave, mais je n’ai dégradé qu’une partie de la stèle, pas le reste. C’était juste un craquage de dix minutes.

– Ça vous arrive souvent ?

– Juste quand je me fais gazer pendant des heures. »

« Je suis juste un citoyen en colère »

Le premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » avait donné lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre, place d’Italie, à Paris, le 16 novembre.
Le premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » avait donné lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre, place d’Italie, à Paris, le 16 novembre. AURORE MESENGE / AFP

Le prévenu raconte alors cette journée où la place d’Italie est devenue blanche de fumée, mais où lui n’était pas venu pour casser, assure-t-il : « Je suis pas un black bloc, je suis pas un “gilet jaune”. Je suis juste un citoyen en colère qui en a marre de trimer dans la vie et de pas avancer. » Manifestement, toute sa colère n’a pas été passée sur la stèle démolie : à l’audience, le ton monte très vite, et Pierre T. est fréquemment rappelé à l’ordre.

« Si vous me mettez dix ans, j’accepterai. Mais je suis à bout, j’en peux plus. Vous voyez pas que le soulèvement social actuel…

– On est là pour la dégradation de la stèle, pas pour juger du bien-fondé du mouvement social », l’interrompt la présidente, qui détaille alors le parcours chaotique du prévenu : père décédé, mère violente, nombre de frères et sœurs inconnu. « Inceste et viol en famille d’accueil, avez-vous dit à l’enquêteur social ». « Madame, explique l’intéressé, je suis un enfant de la Ddass. J’ai subi des viols par cinq personnes différentes. Il y a des gens qui auraient subi 1 % de ce que j’ai vécu, ils se seraient ouvert les veines. Depuis cette année, je reprends ma vie en main. Je commence à sortir la tête du tunnel. »

Une peine aménageable

La procureure « entend que son parcours de vie a été compliqué, mais on ne peut pas utiliser ce parcours de vie pour justifier de tels actes ». Elle réclame deux ans de prison ferme, avec incarcération immédiate. « Chacun a le droit de manifester et d’utiliser sa liberté d’expression, mais pas pour commettre des actes de vandalisme », qui plus est, insiste-t-elle, sur « un symbole de cette République qui lui permet justement d’exercer sa liberté d’expression ».


Source link

A propos de admin2990

admin2990

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*