Accueil » International » attention, certains logiciels sont incompatibles
attention, certains logiciels sont incompatibles

attention, certains logiciels sont incompatibles


Chaque année, les ordinateurs Mac d’Apple reçoivent par Internet une nouvelle version de leur logiciel central : la fameuse mise à jour de Mac OS. La plupart du temps, les modifications qu’elle apporte sont mineures, mais cette année, elles risquent au contraire de bouleverser les habitudes de nombreux utilisateurs. Certains logiciels refuseront même tout bonnement de fonctionner. Cette mise à jour baptisée Catalina est téléchargeable depuis le 8 octobre : faut-il refuser, ou reporter, son installation ? Pour beaucoup de personnes, oui.

Des logiciels qui refusent de s’ouvrir

A la différence des vieux logiciels, la grande majorité des programmes récents ne connaissent aucun problème avec Catalina. Quelques-uns souffrent toutefois de petits dysfonctionnements, et pas des moindres, tels Photoshop, le fameux logiciel de retouche photo d’Abobe. L’enregistrement dans certains formats de fichier pose problème et les plug-ins – de petits morceaux de programmes tiers – refusent parfois de fonctionner. Adobe conseille de patienter un peu avant d’adopter Mac OS Catalina, le temps que ses équipes résolvent ces soucis.

Mais il y a plus grave : beaucoup de vieux logiciels risquent tout bonnement de ne plus jamais fonctionner. A commencer par les logiciels d’Adobe d’ancienne génération, comme Illustrator dans son millésime 2010 (CS5) ou Premiere cuvée 2007 (CS3). Même chose pour de vieilles versions de Microsoft Office et même certains programmes créés par Apple, comme Aperture. Tous ont le même souci : ils sont libellés dans un code informatique 32 bits que Catalina refuse de lire contrairement aux versions précédentes de Mac OS.

La solution consiste à remplacer ces vieux logiciels par des versions plus récentes. Quand ils sont gratuits, c’est une manœuvre pénible mais relativement indolore. Mais quand la nouvelle version est payante, on peut être forcé d’investir quelques dizaines d’euros, voire quelques centaines, ou de prendre un abonnement annuel qui peut revenir à terme encore plus cher.

Pas toujours de solution de dépannage

En outre, il n’est pas toujours possible de trouver un successeur à ces logiciels 32 bits. Tous les petits éditeurs n’ont pas les moyens d’investir dans des versions modernisées de leurs programmes utilitaires comme les gestionnaires de mots de passe ou de téléchargement.

Certains périphériques informatiques ont par ailleurs besoin, comme les imprimantes, d’un petit programme pour fonctionner : un pilote. Certains sont libellés en 32 bits et il est loin d’être certain que les fabricants d’imprimantes fassent l’effort de mettre à jour les pilotes de leurs très vieux modèles.

Par prudence, mieux vaut donc se renseigner sur les logiciels 32 bits installés sur son Mac, pour avoir une idée des problèmes qu’on risque de rencontrer. Pour afficher leur liste, ouvrez le menu Pomme, cliquez sur Logiciel, puis sur Applications, et triez les logiciels qui s’affichent en cliquant sur l’onglet 32 bits (la marche à suivre détaillée est disponible sur le site d’Apple).

iTunes porté disparu

Avec Catalina, Apple rompt avec son logiciel multimedia iTunes, désormais scindé en trois programmes distincts : Music, TV, et Podcasts. Sans compter le Finder qui assurera désormais la sauvegarde des iPad et iPhone. A long terme, c’est plutôt une bonne chose, car iTunes était devenu une usine à gaz. Mais à court terme, les habitués seront déroutés.

Les utilisateurs de logiciels audio de DJ vivront particulièrement mal la transition. La sonothèque d’iTunes change de format, et beaucoup de logiciels musicaux populaires comme Traktor ou Rekordbox perdent les pédales. Ce qui inquiète d’ailleurs la communauté des DJ de métier qui s’en plaint sur Twitter : Apple leur a officiellement conseillé de continuer à utiliser Mojave, et à ne pas passer sur Catalina.

Au passage, de nombreux internautes regrettent encore l’apparition, pendant l’installation de Catalina, de très nombreuses boîtes de dialogue. Certains utilisateurs ont été forcés de cliquer sur « OK » des dizaines de fois, ce qui peut prendre quelques dizaines de minutes.

Patienter et se renseigner

Les mises à jour sont pourtant capitales pour la sécurité des ordinateurs : elles corrigent notamment une partie des failles connues apparues dans l’armure de leurs logiciels, et compliquent le travail des pirates. Nous ne saurions donc vous conseiller de refuser l’installation de Mac OS Catalina, mais seulement d’attendre quelques semaines avant de sauter le pas.

Ce laps de temps suffira probablement à apporter des corrections aux logiciels récents. N’hésitez pas à vous renseigner précisément sur les programmes qui vous sont les plus précieux, et en cas de problème, à suivre le travail de leurs créateurs qui cherchent à les corriger.

Bon nombre de logiciels d’ancienne génération continueront, eux, de dysfonctionner. Pour des raisons de sécurité, un jour ou l’autre, il faudra affronter le problème de la mise à jour en cherchant des solutions de remplacement. D’autant que Catalina propose quelques petites améliorations intéressantes, comme la possibilité d’utiliser un iPad comme second écran sans fil, une nouvelle visionneuse d’images, ainsi que les jeux vidéo d’Apple Arcade, le nouveau service d’abonnement qui donne accès à un catalogue de cent titres.

En attendant, voici comment couper les mises à jour automatiques de Mac OS : ouvrez les « Préférences système », puis cliquez sur « Mise à jour de logiciels » et décochez l’option « Mettre à jour automatiquement mon Mac ». Cliquez enfin sur « Désactiver les mises à jour automatiques ».




Source link

A propos de admin2990

admin2990

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*